l’infime festival, 25 et 26 mai 2017, à nantes

soirée d’ouverture du festival le mercredi 24 mai au soir

affiche-infime-festival-2017-v1_Mise en page 2

l’infime festival indigène de détourisme (de son nom complet) est un festival multi-arts sans subvention organisé par l’association à la criée.

télécharger le programme court
infime-festival-2017-court

cette deuxième édition (voir la première édition 2016) se tiendra cette année au DIX, place des garennes sur la butte sainte-anne, à nantes, les jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.
vous y trouverez un stage et des ateliers en journée : butō, atelier d’écriture et musique collective (payant, sur inscription).
les deux soirées des jeudi 25 (bouts de nuits) et vendredi 26 mai (bal à danser) sont à prix prix libre, ouverture des portes à 19h, librairie et cartothèque éphémères, bar et restauration.

OUVERTURE DU FESTIVAL LE 24 MAI
> performance butô de gyohei zaitsu

la performance se donnera le mercredi 24 mai 2017 à 20h, en accès libre
rdv devant le musée jules verne, 3 rue de l’hermitage, nantes (butte sainte-anne), soyez à l’heure.

STAGE ET ATELIERS en journée, sur inscription

(amenez vos piques-niques pour les formats longs !)

danse butô !
les jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017, de 10h à 17h, 40 € la journée
la danse butô se danse tôt ou tard ; sans pré-requis requis ; avec et pour tout le monde ; sans condition que d’être là avec soi ; essayer (voir), sentir (le grisou) de l’intérieur vers l’extérieur, la danse de l’ombre – débutants bienvenus.
stage proposé par gyohei zaitsu from paris, japan.
renseignements et inscription : krupka.pascal@neuf.fr | 07 81 20 01 20

archives sensibles : un atelier d’écriture dans/pour le boulevard de chantenay !
le jeudi 25 mai 2017 de 10h à 17h, 5 € l’atelier (15 personnes)
dans les prochaines années, le bas-chantenay va être complètement transformé. les friches, le logement très bon marché, les interstices vont laisser place à d’autres logements, des commerces, une ville plus lisse, plus présentable. le jeudi, nous proposons d’archiver ensemble le boulevard de chantenay : archivage écrit et sensible, il y aura des bateaux, des murs, des humains et des non-humains, la loire, des murs tagués, des plantes adventices et tout ce que vous verrez de vos yeux ; et même, peut-être … ; après l’archivage du matin/midi, mise en forme et réécriture collective sous forme d’une carte murale pour la soirée « bouts de nuits » – débutants bienvenus.
atelier proposé par isabelle querlé et invités
renseignements et inscription : a.la.criee@free.fr

musique collective pour tou-te-s !
le jeudi 25 mai, de 14h à 17h, 10 € l’atelier (12 personnes)
invitation à une exploration polyrythmique au cœur du silence. un moment chaleureux au son des tambours, de la peau et des mains qui dansent l’air – débutants bienvenus.
comme au village, l’orchestre éphémère improvise, joue, (ré)invente la partition, dans l’instant, de la joie, de l’écoute et du TEMPO !
atelier proposé par laurent komlanvi bel et au cœur de l’expression
renseignements et inscription : a.la.criee@free.fr

SOIRÉE DU JEUDI 25 MAI > BOUTS DE NUITS ET MARRONNAGES

interventions, ouvertures et poétiques post-électorales.
ouverture des portes à 19h, librairie et cartothèque éphémères, bar et restauration, entrée prix libre.

en discontinu : dj arc-en-ciel/mix french touche/vinyls/raretés érotiques/de dubas à daho

en continu, opérations électorales ré-appropriées
ouverture du bureau, explorations indigènes, (d)épouillement collectif à voix nues et amplifiées

vers 19h45, frères numains, discours aux classes intermédiaires
lecture-performance d’adrien meignan (compagnie le chant des pistes), montage sonore et vidéo claire veysset (collectif les pieds dans le paf)
frères numains est un texte de florence pazzottu écrit en 2016.

vers 21h15, une passionnante cartographie électorale nantaise à l’échelle du bureau de vote
le voyage électoral à deux à l’heure ou les sciences sociales résilientes

vers 22h15, extrait de je suis fassbinder de falk richter par la compagnie entre les lignes.
peut-être courons-nous vers une société qui restera toujours en état d’urgence terrorisée complètement bloquée, rétrograde.
peur.
peur de la liberté peur d’une démocratie ouverte …

vers 23h, c’est bien versus c’est de la merde, le live.


c’est bien, isabelle querlé, février 2017

SOIRÉE DU VENDREDI 26 MAI > SENTIR LE GRISOU + BAL A DANSER

ouverture des portes à 19h, librairie et cartothèque éphémères, bar et restauration, entrée prix libre.

20h : sentir le grisou (collectif POint Kilométrique)

Sentir le grisou (la pièce) est un travail chorégraphique conçu pour quatre personnages définissant un parcours existentiel. Autour de « l’homme » se déplacent deux « opérateurs ». Ils fournissent l’assistance logistique indispensable à l’avancée des choses et de l’action, matériellement et verbalement. Leur intervention est donc mécanique et énergique, elle va jusqu’à l’incongru.
La pièce suit une courbe nettement biographique qui amène « l’homme » à nous interroger sur des notions ou des phénomènes tels que la présence des fantômes, la mémoire et ses émotions, la territorialisation vulgaire, le signifiant Pologne, la filiation, la raison calculante, la légitimité de la destruction, la possibilité de la renaissance, la fermeture ou l’ouverture au désordre du monde, à une humanité littéralement en marche, et ce qui fait image dans nos vies.
« L’homme » est un homme dansant. Un monolithe de bois et de métal inscrit sa présence obtuse émettrice de lumière et d’images. Une ritournelle violonistique vient chanter l’étrangeté de la scène. La pièce est un montage de formes visuelles, sonores et de matériaux textuels divers, à partir de Sentir le grisou (le livre), de Georges Didi-Huberman, publié en 2014.

grisou-1

20h45 performance de B2lNgr
boucles de radio streamée et noise pop calme, pour faire monter un bal

21h15 : bal internationaliste, à danser (amérique du sud, italie, france, bretagne) par des musicien-ne-s et chanteu-r-se-s de différents collectifs nantais.

image--degradee